TENTATIVE D'UN FACE-À-FACE PHOTOGRAPHIQUE

“Introduire une distance entre moi et le monde extérieur, c’est cela même que nous pouvons sans aucun doute désigner comme l’acte fondateur de la civilisation humaine. Et si l’espace ainsi ouvert devient le substrat d’une création artistique, la conscience de la distance peut donner lieu à une durable fonction sociale dont la réussite ou l’échec comme moyen d’orientation intellectuelle sont équivalents au destin de la culture humaine.”

 

Préambule d’Aby Warburg à la conférence introductive 

de l’Atlas Mnémosyne, prononcée à la bibliothèque Hertziana à Rome le 19 janvier 1929.

Photographies de musées, de muséums d’histoire naturelle, de paysages urbains et naturels, de mémoires.

La relation entre la mémoire et l’image impose des tentatives aussi bien dans le choix du sujet que pour sa propre représentation. L’appareil photo isole une image, concours de circonstances. Ce qui guide le déclenchement est parfois bien mystérieux, appartenant à chacun. Un moment non maîtrisé. Premier instant de la rencontre, là où se crée le lien entre l’image et la mémoire. Un morceau de temps est inscrit dans la boîte. Comment montrer cette empreinte, cette représentation du réel par la lumière, comment la faire parler dans d’autres mains?

J’essaie de reproduire, par la juxtaposition de deux photos, l’instant de cette rencontre autrement, faisant ainsi appel à nos imaginaires respectifs. L’appropriation libère un mouvement entre les deux images, un va et vient qui amène un exercice obligé de la part du voyeur : un souvenir ou une pensée viendra lier, séparer, comparer. Une parole sera dite, le voyeur a envie de raconter.

Le rêve est juste derrière tout ça. Par associations d’idées, on peut naviguer à l’infini sur des images se répondant, s’interprétant l’une par rapport à l’autre. Echange possible entre soi et soi ou avec d’autres. Ces photos sont faites avec inconscience. Elles travaillent à l’endroit même où le rêve vient nous interroger. Racontons.

Nous créons du langage avec les images. 

Le discours d’après l’image intéresse, pour aussi aller chercher l’interprétation avec un autre regard. En allant plus loin et en se prêtant aux jeux du double regard et du face-à-face, nous osons un regard encore autre. Tentons de le nommer, d’en parler, de le partager. 

 

Isabelle Gressier

2014

Installation à l'Oeil du 8 Paris 9éme

du 5 au 24 mai 2015

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now